Fermer
Indonésie & Bali

Sidemen, le Bali authentique

Sidemen, le Bali authentique

Bali authentique, ça existe encore? Et bien oui, à Sidemen.

Avec un peu plus de 4 millions de touristes en 2016, la petite île de Bali commence à être victime de son succès. Certains lieux perdent de leur charme à cause de la surfréquentation touristique, de la mauvaise gestion des déchets et des nouvelles constructions qui empiètent sur les rizières.

Sachant tout ça, je ne savais pas trop à quoi m’attendre en allant à Bali. J’avais peur d’être déçue et de me retrouver dans un camp de touristes déchaînés. Mais finalement, j’ai eu la bonne surprise de voir qu’il existe encore un Bali authentique, notamment à Sidemen où j’ai pu passer quelques jours en immersion dans la culture balinaise.

Sidemen, le Bali authentique

Sidemen, c’est où?

Paysage à Sidemen, Bali, Indonésie

Pour goûter au Bali authentique, pas besoin d’aller bien loin. Sidemen est situé à seulement une petite heure de route au nord de Denpasar, et à l’Est d’Ubud.

Pour t’y rendre, le moyen de transport le plus adéquat sera le scooter. Il te permettra de te promener dans les petits gangs (allées), souvent trop étroits pour le passage d’une voiture.

Autre avantage du scooter: tu pourras t’arrêter où bon te semble pour prendre une photo en chemin (ce qui risque d’arriver assez régulièrement vu la beauté des lieux).

D’ailleurs, je t’invite à jeter un oeil à mon guide du scooter à Bali.

Et donc… Qu’est ce qui fait le charme de Sidemen?

La gentillesse des gens

Tout en haut de la liste, je citerais : la gentillesse des gens! D’une manière générale, les balinais sont réputés pour leur sympathie, mais à Sidemen, c’est encore plus vrai.

Pourquoi cela me diras-tu… Et bien parce qu’à Sidemen, les touristes se font rares. On trouve très peu de traces de la culture occidentale, ce qui a permis aux habitants de préserver leur mode de vie.
Rue typique de Sidemen (Bali, Indonésie)
La plupart des habitants de la région sont nés ici et passeront leur vie ici. Ils savent qu’il est possible d’aller travailler en ville, mais pour quoi? Faire carrière, devenir riche et avoir une grosse voiture n’est pas leur tasse de thé. Ils valorisent plutôt la famille, la communauté et les cérémonies qui rythment leur quotidien.

Du coup, quand ils croisent le chemin d’un étranger, ils sont assez réservés. Mais si tu te montres curieux, ils se feront une joie de te faire découvrir leurs traditions. Comme l’anglais est très peu (voire pas) parlé, essaye d’apprendre quelques mots d’indonésien. C’est une langue très facile à apprendre! Et si les langues ne sont pas ton truc, tu t’entraîneras au jeu de mime. Ça t’aidera énormément.

Partage le twak

Boire le twak à Sidemen (Bali, Indonésie)

Grâce à mon amie Elsa, qui travaille à Bali Countryside Sidemen depuis plusieurs années, j’ai eu la chance de rencontrer ses collègues et partager avec eux le twak.

Qu’est-ce que la twak? Tu as peut-être déjà entendu parler de l’arak (parfois écrit arrack), l’alcool local très apprécié en Asie du Sud et du Sud-Est. Et bien le twak est la base de l’arak. De la simple sève de cocotier laissée fermenter pendant 24h qui, une fois distillée, fait de l’arak. Le twak est aussi léger que la bière avec un goût rappelant le vin nouveau. C’est très bon, 100℅ naturel, et le gros avantage: tu n’auras pas de gueule de bois de lendemain! Testé et approuvé!

Produit localement, le twak se partage entre amis. La tradition veut que tout le monde boive dans le même verre chacun son tour. Cela permet de rapidement briser la glace et d’en apprendre plus sur vos partenaires de boisson.

Des paysages sublimes

Le deuxième point fort de Sidemen est sa nature préservée. En louant un scooter ou un vélo, tu pourras te balader au hasard des routes et chemins traversant de petits villages et de nombreuses rizières en terrasse.

Rizières à Sidemen (Bali, Indonésie)

La région représente bien la carte postale de Bali avec sa végétation d’un vert intense. Ici, tu trouveras de magnifiques points de vue sans touristes autour. C’est un terrain de jeu idéal pour les amateurs de photographie. Entre les scènes de la vie quotidienne, les ruelles, les petits temples, et le mont Agung en fond, il y a de quoi faire.

N’hésite pas à descendre les chemins menant à la rivière. Tôt le matin et en fin de journée, les locaux s’y rendent pour prendre leur douche. Étant donné que les hommes et les femmes ne se mélangent pas, si tu croises des personnes de sexe opposé à ce moment, fais demi-tour pour ne pas les déranger.

Conclusion: Va à Sidemen, le Bali authentique!

Petit warung à Sidemen (Bali, Indonésie)

Tu peux y aller en excursion d’une journée (au départ d’Ubud ou Denpasar). Mais si tu souhaites profiter d’un lever et d’un coucher de soleil sur les rizières et le Mont Agung, l’idéal est d’y rester une à deux nuits.



Booking.com

Alors? Qui a dit qu’il n’y a plus de Bali authentique? Connais-tu déjà Sidemen? Dis-moi tout en commentaire…

 

 

- Tu as aimé cet article? Partage-le! -

10 commentaires

  1. Hello ! Je découvre ton blog et cet article me replonge dans de superbes souvenirs. Bali… je ne l’oublie pas et j’espère bien y retourner même ! Sidemen nous avait beaucoup marqué aussi. On était seuls au monde, entourés de tout ce vert… ah la la c’ayez j’ai la nostalgie ! Bravo en tout cas pour ton blog super agréable à parcourir ! Au plaisir de te lire !

    1. Salut Charlène!
      Tout d’abord, merci pour ton commentaire. 😊 C’est toujours un plaisir de lire des choses positives au réveil.
      C’est vrai que Sidemen m’avait bluffée. Je ne pensais pas qu’on puisse trouver des coins autant préservés du tourisme à seulement 1 heure de Denpasar. Et même en saison des pluies, les paysages sont grandioses. J’avais aussi adoré Kintamani, au pied du Batur. Je ne sais pas si tu y étais allé…

      1. Je t’en prie c’est mérité 🙂 Non nous ne somme pas allés à Kintamani. Par contre au Batur j’avais adoré le village de Toyah Bungkah. Au bord du lac dans la caldera. On avait mangé un super poisson du lac et l’ambiance était calme. Personne à part nous. Un très bon souvenir !

  2. Hello Fany!

    34 ans après, ton blog me replonge dans les souvenirs
    ….. dormi dans une case sur la plage de semarapura, montée au temple de besakih, puis 3 jours au lac Batur pour une fête religieuse et l’escalade du volcan
    petite info: le twak s’appelle vin de palme en Afrique – je l’ai goûté au burkina faso et ça a un petit goût de bière acidulée et tous les pays du monde doivent fabriquer des boissons végétales fermentées (meilleures que la Heineken)
    j’ai expérimenté le chang au népal et la chicha au pérou
    …mais je divague
    en tout cas ravi que tu aies trouvé ta voie et que tu entretiennes l’esprit « on the road »
    gérard

    1. Merci Gérard pour ton commentaire. 🙂
      Le twak est définitivement une boisson que les voyageurs devraient goûter. Comme tu dis, le petit goût de bière acidulé est très désaltérant et ça change de la bière blonde classique qu’on trouve un peu partout. Je ne savais pas qu’on en bois aussi au Burkina, comme quoi, on en apprend tous les jours! 🙂

  3. C’est superbe Fany de te lire et voir ce Bali authentique !
    on peut se faire comprendre en mimant ! les « BacCall » (Baccaud / Calloud) sont doués pour ça à l’étranger 🙂
    bisous.
    Lucette

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.