Fermer
Chine

Prendre le train en Chine: le guide de survie

Train en Chine: le guide de survie

Temps de lecture estimé: 9 minutes

Lors d’un voyage en Chine, vous serez sûrement amenés à prendre le train pour vos déplacements. Le réseau de chemins de fer est dense et c’est un excellent moyen de découvrir le pays et ses habitants. Oui mais voilà… Prendre le train, c’est bien, mais prendre le train en Chine peut vite devenir un parcours du combattant si on ne connaît pas les bases. Et si comme moi vous ne parlez pas chinois (Quoi? Tu parles pas chinois?), il y a peu de chances que quelqu’un puisse vous aider.

Après avoir moi-même bien galéré en gare, je vous ai préparé ce guide de survie du train en Chine qui vous sera bien utile pour passer de bonnes vacances.

Prendre le train en Chine: le guide de survie

Pour commencer, pourquoi faut-il prendre le train en Chine?

1- Parce que c’est moins cher ( et moins polluant) que l’avion

Pour les grands trajets, il y a la possibilité de prendre un vol intérieur qui vous emmènera aux 4 coins de la Chine en quelques heures. Seulement, il faut réserver sa place longtemps à l’avance, payer le prix et se rendre à l’aéroport souvent en dehors du centre-ville.

Sinon il y a le train. Les gares sont facilement accessibles en transports en commun et le train vous emmènera partout sans vous ruiner.

2- Parce que c’est plus confortable que le bus

Pour les trajets moins longs (qui sont souvent de plusieurs heures vu l’étendue du pays), il y a aussi la possibilité de prendre le bus.

Le bus est parfois plus rapide, parfois plus long que le train (les embouteillages peuvent tout changer) mais offre moins de liberté une fois à bord.

En optant pour le train, vous serez libre de vous allonger sur une couchette, de vous dégourdir les jambes dans les couloirs, de manger au restaurant, de fumer une cigarette ou encore de vous refaire une beauté aux sanitaires. Mais nous reviendrons sur les services disponibles à bord du train en fin d’article…

3- Parce que le train permet de découvrir la Chine rurale…

Autre argument en faveur du transport ferroviaire: les chemins de fer passent au beau milieu des villes, mais aussi des villages, des forêts, des rizières, etc.

Par exemple, au moment où je vous écris, je suis dans la province du Yunnan dans un train entre Kunming et Dali (pas le peintre). Nous sommes dans les montagnes. Le trajet est ponctué entre tunnels et ponts au-dessus de vallées grandioses creusées par les rivières. Je n’aurais pas pu voir d’aussi beaux points de vue depuis la route.

Paysage vu du train dans le Yunnan en Chine

4- … Et de rencontrer les chinois

Le train est aussi un excellent moyen d’entrer un peu dans la vie des chinois. Même si la barrière de la langue empêche les discussions passionnées, le fait de passer de longues heures dans le même espace met tout de suite plus à l’aise.

Lors de mes différents trajets, j’ai (presque) toujours été l’unique touriste étrangère du train. Difficile de passer inaperçue.

On échange un regard, puis un sourire, puis des fruits… C’est sympa.

Prendre le train en Chine, c'est aussi faire des rencontres.

Où réserver ma place?

Il y a deux possibilités, la seconde étant de loin la plus pratique.

Directement en gare

Pour ceci, ne prévoyez pas de vous présenter le jour même pour obtenir une place! Les trains sont souvent complets à l’avance.

Si vous souhaitez trouver une place, il va falloir vous rendre en gare au moins un jour à l’avance, voire beaucoup plus tôt sur certains trajets. Ça fait perdre du temps et ne vous garantit pas les disponibilités.

On arrive donc à l’option la plus pratique…

Sur l’application Trip.com (anciennement Ctrip)

Trip.com est une des 5 applications à avoir absolument sur son téléphone. Je vous en dis plus dans l’article sur les applications indispensables pour voyager en Chine.

L’avantage de Trip.com est que vous pourrez consulter les horaires et disponibilités des trains à l’avance et réserver vos billets même si vous n’êtes pas encore sur place. Du coup, pas besoin d’aller en gare avant le jour J et donc pas besoin de stresser.

De plus, vous aurez un bon aperçu des trains disponibles, des types de sièges (je vous en parle mieux plus bas) et des tarifs. C’est plus pratique que d’être face à un agent de réservation qui ne sait même pas dire « train » en anglais (et encore moins en français).

Comment choisir ma place?

Vous verrez sur Trip.com qu’on vous propose 3 types de sièges:

  • Les sièges durs
  • Les couchettes dures
  • Les couchettes molles

Dit comme ça c’est bizarre, je sais. Allons donc plus dans les détails…

Les sièges durs

C’est sans surprise l’option la moins chère. Alors… Vous vous imaginez sûrement un siège en bois rudimentaire qui casse le dos… Et bien non.

J’ai testé les “sièges durs” pour en savoir plus sur un trajet de 6 heures seulement (pas folle la guêpe). Et bien grosse surprise… C’est tout sauf ce que j’imaginais! En fait, les sièges durs ne sont ni des sièges, ni durs. C’est tout simplement un wagon de couchettes où chacun s’assoit sur les couchettes du bas. On est donc 4 personnes par couchette alignés bien gentiment comme sur un canapé (manque plus que Netflix et les popcorns!).

Le gros avantage c’est que chacun s’installe comme il le sent. Certains montent sur la couchette du dessus pour faire la sieste, d’autres occupent un strapontin dans l’allée pour profiter de la petite table (c’est ce que j’ai fait), etc.

L’inconvénient est que tout le monde est assis en face à face comme dans la salle d’attente du dentiste, situation assez pesante quand on est l’unique étranger et que tous les regards se posent sur nous.

Je vous recommande donc les sièges durs pour des trajets de jours de quelques heures. C’est économique et cela permet de rencontrer plus facilement les chinois.

Les sièges durs dans les trains en Chine

Les couchettes dures

On arrive au milieu de gamme avec les couchettes dures qui sont bien des couchettes mais qui ne sont pas (vraiment) dures. Ce sont plutôt des matelas fins et fermes qui me rappellent les matelas bleus sur lesquels on faisant la sieste à l’école maternelle.

Si vous êtes sensibles du dos et si vous aimez les matelas bien molletonnés, passez directement à la case “couchettes molles” plus bas.

Sinon, si comme moi vous appréciez un peu de fermeté et si vous souhaitez trouver un bon rapport confort/prix, ces couchettes sont faites pour vous!

Les compartiments de couchettes dures sont les mêmes que pour les sièges durs. Ce sont des compartiments ouverts de 6 couchettes sur 3 niveaux.

Il y a la couchette du bas qui permet de s’asseoir sur son lit et de profiter de la petite table centrale. L’inconvénient est que d’autres personnes peuvent éventuellement s’asseoir sur votre lit ou vous observer dormir (les chinois sont très curieux).

On arrive à la couchette du milieu que je vous déconseille si vous avez le choix. C’est celle qui offre le moins d’espace. Impossible de s’asseoir sur son lit.

Et on termine avec la couchette du haut qui est certes difficile d’accès mais qui permet de dormir à l’abri des regards et de garder ses objets de valeur en sécurité (même si les vols sont rares en Chine).

Couchette dure dans un train en Chine

Les couchettes molles

Le top du top sont les couchettes molles qui sont aussi les plus chères et les plus demandées. Elles offrent un matelas confortable et plus d’espace que les couchettes dures. Les compartiments sont fermés et proposent 4 couchettes sur 2 niveaux.

Si vous souhaitez profiter de ce luxe, pensez à réserver plusieurs jours à l’avance.

Comment je réserve?

Maintenant que vous connaissez votre horaire et le type de siège qui vous convient, il va falloir réserver.

Pour ceci, on vous demandera de renseigner votre nom tel qu’il figure sur votre passeport (avec prénom, prénoms secondaires et nom de famille). Vérifiez bien l’orthographe, c’est comme pour les billets d’avion. Une faute de frappe peut vous faire refuser l’embarquement.

On vous demandera également votre numéro de passeport (toujours comme si vous réserviez un vol international). Attention aux fautes de frappe ou au correcteur automatique.

Et une fois en gare?

Une fois en gare, oubliez que vous allez prendre le train et imaginez-vous dans un aéroport.

1- Passez le contrôle de sécurité

Là encore, ça se passe plus comme à l’aéroport que comme dans une gare. Il va falloir vous rendre en gare 2 heures à l’avance et passer le contrôle de sécurité en passant voss bagages aux rayons infrarouges.

Vous passerez ensuite sous un porche de sécurité et un agent vous scannera le corps au détecteur de métaux.

Normalement il n’y a pas de problèmes. J’ai juste eu des soucis à la gare de Kunming où mon petit couteau-suisse a été refusé. C’est un cas particulier car Kunming a vécu un attentat il y a quelques années. Du coup la sécurité est renforcée.

Suite au refus de mon couteau-suisse, j’ai dû négocier sévère et aller au bureau de fret pour le faire envoyer par colis à Dali, ma destination. Cela m’a coûté 20 yuans et j’ai dû retourner à la gare le lendemain de mon arrivée pour récupérer mon précieux couteau. Pas vraiment pratique!

Je vous raconte tout ça au cas où il vous arrivait la même chose (mais dans la plupart des gares aucun problème avec les couteaux-suisses). Passons donc à la suite…

Entrée de la gare de Chengdu en Chine

2- Changez votre billet

Une fois la sécurité passée, il va falloir retirer votre billet papier si vous l’avez réservé sur Trip.com.

Dans certaines gares comme à Chengdu par exemple, le retrait du billet se fait avant le contrôle de sécurité.

Il y a plusieurs guichets où les gens font la queue. Pour trouver la bonne file d’attente, demandez à un agent de gare en lui montrant le nom de votre destination en caractères chinois. Pour ça, il va falloir le photographier à l’avance car très peu de personnes parlent anglais (vraiment très très peu). Si vous voyagez sans téléphone, demandez au réceptionniste de votre hôtel de vous écrire le nom de votre prochaine destination sur un bout de papier.

3- Trouvez la « porte d’embarquement »

Cela peut surprendre mais on n’attend pas son train sur le quai comme dans la plupart des pays du monde. Encore une fois, mettez votre esprit en mode « aéroport ». On attend en salle d’embarquement s’il y en a une ou dans la queue devant la porte d’embarquement affichant le numéro du train. Pour ça, il suffit de faire comme au jeu de memory en cherchant la porte qui indique le même code que sur votre ticket (des chiffres et des lettres).

Dans le pire des cas, vous pourrez toujours montrer votre ticket à quelqu’un pour demander votre chemin.

Une fois que l’embarquement commence, munissez-vous encore une fois de votre ticket et de votre passeport afin que l’agent puisse valider votre titre de transport (avec un coup de tampon ET un clic de compostage, rien que ça).

Devant le hall d'une gare en Chine

4- Montez dans le bon wagon et installez-vous confortablement

Bon, là, le plus dur est fait! Et là vous pouvez remettre votre esprit en mode « train ». Il ne vous reste plus qu’à trouver le bon numéro de voiture et présenter à nouveau votre ticket à l’hôtesse à l’entrée du train.

Sincèrement, le mec qui arrive à frauder le train en Chine, il faut qu’il m’explique sa technique…

Une fois à bord, c’est comme de partout, il faut trouver son numéro de siège. Si vous avez un siège dur, vous organiserez l’espace avec les 3 autres personnes ayant le même numéro que vous (rappelez-vous l’histoire de la couchette à partager). Si par contre vous avez une couchette, souvenez-vous juste à quel niveau était votre place lors de la réservation: bas, milieu ou haut.

Sur le quai d'une gare en Chine

5- Complément spécial train de nuit

Pour les trains de nuit, il y a une petite particularité qui s’ajoute au process. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

En début de soirée, une dame munie d’un classeur va vous demander votre billet en échange d’une carte (de type carte magnétique).

Ne cherchez pas midi à quatorze heures, cette carte ne vous donnera pas droit à un repas gratuit ou quoi que ce soit d’autre. C’est seulement un moyen pour le personnel de savoir qui est à bord du train en cas de contrôle pendant la nuit.

Au petit matin, cette même dame repassera pour faire l’échange inverse et ainsi vous rendre votre ticket.

Sinon, pour éviter les surprises, le marchand de sable passe à 22h pétantes et éteint toutes les lumières. Bonneuhh nuit les petits!

La vie à bord du train

1- Chacun fait c’qu’il lui plaît

Une fois à bord du train, faites votre vie. Regardez le paysage, dormez, lisez, discutez avec vos voisins, mangez… Les activités ne manquent pas. Si vous êtes à court d’idées, mon guide de survie des longs trajets en train peut vous aider (oui, j’aime bien écrire des guide de survie en tout genre).

2- Un p’tit creux?

Pour ce qui est de la nourriture, il y a plusieurs possibilités.

Le top est de faire comme la plupart des chinois en prévoyant à manger et à boire à l’avance. Vous pourrez prendre des biscuits, des cacahuètes, des fruits et même des nouilles instantanées. Les chinois appréciant de manger chaud et boire du thé à tout va, chaque train propose un distributeur d’eau chaude gratuite.

Si vous n’avez pas eu le temps d’apporter votre nourriture, vous aurez la possibilité de vous restaurer sur place.

De petits vendeurs ambulants circulent avec leur chariot en proposant des boissons (à température ambiante), des snacks et des soupes instantanées. Il y a moins de choix que dans un vrai magasin mais ça dépanne bien (et les prix sont raisonnables).

Et si vous avez envie de vous faire plaisir avec un vrai plat chaud, vous pourrez toujours vous rendre au wagon restaurant. On vous proposera des plats fraîchement cuisinés comme dans un vrai restaurant. Les tarifs sont assez élevés mais cela reste correct. Pour vous donner une idée, j’ai payé 27 yuans (3,5€) une délicieuse omelette aux tomates accompagnée d’un bol de riz. On est loin du sandwich sous-vide à 10 balles dans les trains français!

Petite chose à savoir tout de même, le menu est entièrement en chinois. Du coup, l’idéal est d’avoir une application qui vous permette de traduire les caractères chinois (je vous dis tout dans mon article sur les application indispensables en Chine, encore et toujours le même).

Il arrive quelquefois que les vendeurs ambulants n’aient pas de soupes instantanées et qu’il n’y ai pas de wagon restaurant. Dans ce cas, des vendeurs proposent des plats chauds mais à des prix exorbitants (60 yuans soit 7,50€). Essayez donc de prévoir à l’avance si votre budget est serré.

Distributeur d'eau chaude dans un train en Chine
Distributeur d’eau chaude

3- Vous êtes fumeur?

Un coin fumeur existe entre chaque wagon. Vous trouverez des cendriers à disposition. La plupart des chinois qui fument ne prennent pas la peine de fermer les portes pour empêcher les odeurs de fumée de s’infiltrer dans les wagons. Donc si vous le pouvez, fermez les portes avant d’allumer votre clope.

Coin fumeur dans un train en Chine

4- On reste propre!

Les trains chinois sont assez pratiques pour ça. Au bout de chaque wagon, vous trouverez une toilette (à la turque) et quelques lavabos pour vous débarbouiller après un bon repas ou une bonne sieste. Vous aurez aussi sûrement un grand miroir à disposition et une poubelle.

Petite précision pour les toilettes: il n’y a jamais de papier. Pensez donc à toujours garder un rouleau dans votre sac.


Voilà, vous savez tout sur les trains en Chine. Vous pouvez maintenant partir sereins à la découverte de ce fabuleux pays.

Avez-vous des questions? Des choses à rajouter? Dites-moi tout en commentaire…

 

Je peux me désinscrire à tout moment en utilisant le lien de désinscription en bas de chaque email.

 

- Tu as aimé cet article? Partage-le! -

 

14 commentaires

  1. Salut!
    Merci pour ton article, il est très clair et résume bien tout ce que j’ai pu lire, tout en donnant des petits tips sympas 🙂 Je souhaite traverser la Chine de haut en bas, pour rejoindre le Vietnam ou la Thaïlande depuis Pékin. Est-ce que tu sais s’il y a des trains interpays ? Je veux éviter de prendre l’avion donc je me renseigne!
    Merci par avance 🙂

    1. Salut!
      Ça m’a l’air d’être en super voyage en perspective.
      Pour passer la frontière entre la Chine et le Vietnam, l’idéal sera le train de Nanning à Hanoï. C’est un trajet de nuit avec des couchettes. Tu peux réserver ta place en ligne sur 12Go Asia (l’équivalent de Trip.com en Asie du Sud-Est) ou directement en gare de Nanning (quelques jours à l’avance de préférence).
      Sinon, en 2020, une ligne reliant Kunming à Vientiane sera aussi disponible. Le train traversera le Sud du Yunnan et la jungle du Nord du Laos.

  2. Merci beaucoup pour toutes ces infos précieuses!
    Je pars demain en Chine et ça sera ma première fois!
    J’en ai la tête qui tourne ; )

  3. Bonjour Fany.
    Merci pour ton précieux article.
    Mais j’ai une question : sais-tu s’il est facile de rejoindre le Népal (katmandou) à partir de Pékin, en traversant la Chine en train ? J’aimerais éviter de prendre l’avion, mais je ne trouve pas d’infos sur le réseau ferroviaire chinois, le temps pour parcourir la Chine (car je serai en transit entre la Mongolie et le Népal, 72h sans visa), etc.
    Merci !

    1. Bonjour Marion.
      Pour rejoindre Katmandou au départ de Pékin en moins de 72h, tu n’auras pas d’autre choix que de prendre l’avion. Le seul moyen de faire cet itinéraire par voie terrestre est compliqué, très coûteux et nécessite beaucoup de temps et d’organisation à cause du fait qu’il va falloir traverser le Tibet. Tu peux facilement trouver des trains jusqu’à Chengdu en regardant sur Trip.com, mais après, tu entres au Tibet et dans les hautes montagnes. Il y a une ligne de train qui rejoins Lhassa, mais cela nécessite d’avoir un Visa pour la Chine ainsi que les autorisations spéciales pour le Tibet. Il y a 3 zones où les touristes étrangers ont le droit d’aller, donc jusqu’à 3 autorisations à obtenir. Seules les agences de voyage chinoises autorisées par le gouvernement peuvent obtenir ces autorisations. Il va falloir réserver toute la partie du voyage au Tibet avec elles, et tu devras être accompagnée d’un guide car les étrangers n’ont pas le droit de voyager librement. Compte minimum 150€/jour au Tibet (voire beaucoup plus). De Lhassa, il faudra finalement prendre un bus pour rejoindre le Népal. C’est faisable, mais vraiment pas recommandé. Au final, l’avion est moins cher, moins galère et t’évitera les maux de tête administratifs.

  4. Bonjour Fany, et merci pour tes conseils !
    Dis moi, pour un sac à dos type backpacker standard ( environ 80 L ) pas de soucis de stockage dans un train standard siège dur en journée ? Parce-que je ne comprend rien aux tailles de bagage annoncées et la perspective de passer 5h avec 10 kg sur les genous me fait réfléchir au type de siège ..
    Merci d’avance !

    1. Bonjour Valentin.
      Il ne devrait pas y avoir de problème pour ton sac. Essaye de le placer sous la banquette du bas. Dans le pire des cas, tu pourras toujours trouver un strapontin dans l’allée centrale pour t’installer et l’allonger au sol à côté de toi. Les allées sont suffisamment larges pour ne pas perturber les autres voyageurs.

  5. Hello Fany,
    J’aime beaucoup cet article. En effet j’habite en Chine ce qui fait que j’ai pris l’habitude de prendre le train assez souvent. Il existe cependant quelques particularités des billets « Sans siège » où des « siège mou ». Il est vrai que dans certains trains, les sièges sont des canapés sous des couchettes mais quand je me rends à Shanghai, si je suis en siège dur, je suis sur un vrai siège. Il n’est pas si dur mais on ne peux pas le baisser comme dans un Intercite en France. J’ai appris récemment l’existance de ligne à grande vitesse D qui circule de nuit avec des voitures en seconde classe et des voitures lits. Je suis tenté de mener cette expérience. Prochainement une nouvelle catégorie de train devrai arriver (Train X) avec uniquement des sièges mou et couchettes molles.
    Je te souhaite une bonne continuation

    1. Merci Edouard pour ces précisions. Je ne suis effectivement jamais tombée sur de « vrais » sièges durs. J’aurais bien aimé voir ça. 😉 Si tu as l’occasion de tester les Trains X et la ligne grande vitesse, n’hésite pas à partager avec nous ton ressenti. Tu sais quelles villes sont sur cette ligne?

  6. Salut Fany, j’aimerais savoir ceci. Lorsque tu dis « dans la plupart des gares aucun problème avec les couteaux-suisses », que veux-tu dire par « dans la plupart des gares » ? Est-ce que tu as eu plus d’une discussion avec des autorités sur le fait de posséder un couteau suisse sur toi ? Est-ce que ça t’a porté préjudice à quelque moment ?
    J’hésite à prendre mon couteau suisse avec moi car je n’aimerais pas à me le voir confisquer pour une raison idiote 🙂
    Merci pour ta réponse !
    J.

    1. Salut Julien.
      Normalement il n’y a pas de soucis avec les couteaux-suisses si la lame est courte (les lames de plus de 8cm je crois ne passent pas). Mais on ne peut jamais être sûr. J’ai eu un problème à Kunming car la sécurité est renforcée suite à des tentatives d’attentats venant de groupes indépendantistes. J’ai du faire envoyer mon couteau dans ma ville de destination par fret, et aller le chercher le jour suivant. C’était une mission car j’ai du donner mon identité à la Police et j’ai failli rater mon train. Si tu veux être sûr de ne pas voir ton couteau confisqué, ne l’emmène pas. Sinon, prévois au moins 2 heures avant ton train pour avoir le temps de gérer la paperasse si tu es refusé à la sécurité. 🙂

  7. C’est très complet comme petit guide et il n’y a rien à ajouter sauf que les toilettes ne sont plus tout à fait propres après une nuit de train 😞. J’ai fait Lanzhou/Dunhuang en septembre dernier : 26 heures de train en couchette molle, seule occidentale à bord. J’ai traversé des paysages extraordinaires et partagé ce moment avec une mère et sa fille retournant à Dunhuang. J’ai un chinois HSK2, ce qui veut dire débutant+ et cà m’a donné l’occasion de prendre un cours particulier intensif car les Chinois adorent papoter avec les étrangers. Que du positif et des super vacances. Bonne continuation !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.